La vie d'une jardinière , tout comme celle d'un jardinier d'ailleurs car en la matière l'égalité est parfaite

peut parfois être bien difficile !

En voilà deux  bons exemples !

L'an dernier

après avoir fini de  planter et pailler de gravier  le massif de la rivière sèche,

dernier et ultime massif du jardin

j'avais ressenti au bout de ces 6 années de plantations intensives et bien souvent douloureuses

(celles et ceux qui suivent régulièrement l'histoire de ce jardin savent de quoi je parle )

de marquer une vraie pose en matière de plantations 

afin de profiter tranquillement cet hiver du travail accompli

(plus de trou à la pioche de terrassier qui avait elle aussi bien le droit de se reposer)

la rivière sèche

riviere seche

la rocaille

de face

P1150479

et de profil

P1150429

le jardin de pierres qui "s'emmousse" doucement

P1150431

P1150453

le petit bois

P1150409

et ses cahots moussus

P1150412

les arbres dévêtus dont on peut voir en hiver la belle structure

P1150417

le massif du puits encore bien opulent à la mi janvier

grâce à la spirée cantoniensis florepleno à feuillage persistant et

à la sauge bee's bliss

massif du puits

 

c'était sans compter au coeur l'été avec une nouvelle qui n' a pas manqué de me réjouir :

la parcelle qui jouxte le jardin devenant terrain à construire (au delà du trait rouge jusqu'aux pins de la maison voisine  dissimulée par des arbres)

une maison allait venir tenir compagnie au jardin

P1150497

or afin de ne pas m'enfermer de ce côté du jardin ,

je n'avais jamais voulu planter de haie  pour profiter de l'échappée sur la campagne

Mais là, plus le choix... il me fallait dare- dare m'isoler de futur nouveau voisinage

car j'ai du mal à imaginer voir se profiler en arrière plan une maison

quand de la porte fenêtre de la maison, je regarde le jardin de pierres

P1130352

 

alors après avoir passé de délicieux moments à chercher  les bons végétaux 

j'ai été OBLIGEE de  planter cet automne non seulement pour marquer la limite du terrain

mais également pour dissimuler autant faire se peut la future maison

une petite haie  d' érables champêtres

et d'éparpiller sur cet espace que j'avais l'intention de laisser libre  

P1150503

un  Quercus phillyraeoïdes, un prunus lusitanica angustifolia,

et deux laurus nobilis angustifolius

(merci de leurs bons conseils la pépinière Spahl)

 mais hélas ce n'était pas fini ...

la semaine dernière

une fois le grand massif nettoyé ,

  fort garni  à la belle saison par anémones,  fenouils,  perovskia, et autres  gaura ,

P1130955

 il m'a semblé bien  vide et bien triste

par courtoisie, je ne dénonce pas ici,

les jardinier(e)s qui ne cessent de me tenter en garnissant abondamment leurs massifs (ils/elles se reconnaîtront)

P1150491

alors avais je bien le choix ?

là aussi OBLIGEE !

OBLIGEE  de combler une partie des trous et hop ...

OBLIGEE d'aller dans une  autre de mes  pépinières favorites,

à côté de chez moi en plus (Frimont horticulture)  ...

pour n'acheter certes, que des valeurs sûres  mais ici le sol n'acceptant que des plantes robustes,

je n'allais pas commencer à le contrarier ,

alors va pour un choisya sundance , 3 eunonymus fortunei dont deux que je n'avais pas encore ( goldy et emerald'n gold ), des iberis sempervivens schleifenblume, deux petits carex , et déjà planté un abelia mystic day dream , un photinia marle pink 

 P1150481

 

alors convenez en

être obligée de planter ,

index

c'est toute de même la pire punition pour un/une jardinier(e)

 

 Quand je vous dis qu'elle peut être dure ma vie !